Ce 21 novembre 1940, le directeur présidait l’assemblée des enseignants. Il évoqua brièvement une réunion du 7 octobre précédent, première journée d’enseignement de la rentrée universitaire, au cours de laquelle, sur instruction ministérielle (adressée à tous les établissements d’enseignements supérieur de France), il lui avait été enjoint de rassembler tous les étudiants et après une minute de silence, de lire un certain nombre d’interventions du maréchal Pétain dont son appel du 25 juin 19402 détaillant les conditions de l’armistice et « conviant » la France à un « redressement intellectuel et moral » !

La circulaire enjoignait aussi au directeur de prononcer une allocution inspirée des « appels du maréchal ». Lors de l’assemblée du 21 novembre, le directeur ne souffla mot de cette réunion dont il écrira seulement dans son rapport de fin d’année que la rentrée s’était effectuée selon les instructions prévues, « dans une ambiance en rapport avec la gravité de l’heure : des étudiants étant prisonniers ainsi que deux professeurs ». Par ailleurs le directeur signala la création de l’Ordre des Médecins4. Il informa aussi de la loi inique du 3 octobre 1940 qui, épousant l’idéologie nazie, excluait les juifs de la quasi-totalité des fonctions publiques et notamment de l’enseignement5. Enfin il fit état des propositions de la commission des dispenses de droits universitaires. Parmi les dossiers examinés favorablement, figurait celui de David Kessler.

David Kessler,  étudiant en médecine à Poitiers, incarcéré, déporté, assassiné. In memoriam.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !